Histoire des machines à sous, ces bandits manchots

Vous connaissez tous les machines à sous qui vous procurent une émotion intense de par le suspens du gain. Celles qui vous englouties vos pièces ou vos jetons que vous aviez probablement gagnés auparavant.

Les machines à sous font partie des jeux de hasard les plus populaires de tous les casinos du monde entier et vous en êtes sûrement des adeptes. Grâce à la facilité de leurs règles - les joueurs insèrent des jetons dans la machine pour lancer la partie et actionnent un manche ou appuient sur un bouton pour savoir s’ils ont gagné ou pas -, ces engins rencontrent un succès phénoménal. Une partie dure généralement très peu de temps, mais c’est bien assez pour se remplir les poches. Découvrez notre petite histoire de la machine à sous, que l’on appelle aussi « bandit manchot » et qui n’a cessé d’évoluer.

De la roulette automatique aux rouleaux mécaniques

La machine à sous doit sa naissance à un mécanisme de poker qui pouvait créer une main de cinq cartes lorsqu’une personne tirait son levier. Inventée par Sittman et Pitt aux Etats-Unis en 1891, la nouvelle machine de poker s’est avérée inefficace.

Néanmoins, Charles Fey, un grand passionné de mécanique a pensé à améliorer ce jeu pour créer une roulette automatique en 1894. Grâce aux succès de ce produit, l’Américain peut s’atteler à imaginer d’autres engins de jeux comme la machine à sous. Le but du mécanisme est alors très simple, le joueur devait faire correspondre cinq symboles grâce à trois rouleaux. Avec des figures mythiques du casino comme le carreau, le cœur, l’as de pique, le fer-à-cheval et la cloche de la liberté, ces premières machines offraient un millier de combinaisons possibles et possédaient un système de paiement automatique.

A cause d’un véritable succès, la concurrence s’organise, mais doit faire face à la prohibition des jeux d’argent aux Etats-Unis. Pour y faire face, le mécanisme n’est pas abandonné et laisse place à des machines à bonbons. Sur ce même modèle de jeu et avec des symboles plus appropriés (des fruits), les joueurs pouvaient remporter des boissons et des lots s’ils obtenaient la bonne combinaison.

Ces engins mécaniques ont été longtemps à la mode aux Etats-Unis avant de laisser la place aux machines de Bally.

Les machines à sous électroniques

En 1963, la société Bally lance au grand public les premières machines à sous électromécaniques à une époque où la production de masse est de rigueur. Suivant les mêmes fonctionnalités, ces « bandits manchots » sont les premiers représentants de la machine à sous moderne.

Grâce à cette production et à l’expansion de la machine dans le monde entier, les entreprises ont pu varier les thèmes de jeu et les moyens de gagner en proposant par exemple des versions avec plus de lignes, plus de combinaisons et des modes de paiements différents (comme les machines qui multiplient les gains en fonction du nombre de rotations). Les machines à sous électroniques ont notamment permis l’inclusion du taux de redistribution qui varie selon les casinos et les appareils.

Les machines à sous en ligne

Aujourd’hui, l’informatique a remplacé l’électronique et proposent des services encore plus confortables aux joueurs. Vous pouvez par exemple insérer un billet, payer avec des cartes de jeu ou bien encore, utiliser un écran tactile pour jouer.

Et mieux encore, depuis l’avènement d’internet, les machines à sous sont disponibles sur la toile et sont de véritables stars des casinos en ligne. Profitez donc des sites internet pour jouer quand vous le souhaitez à la machine à sous et où vous voulez. Il existe même beaucoup d’applications sur mobile qui vous permettront d’obtenir toutes les combinaisons possibles pour gagner de l’argent.

Légalisées depuis les années 1990, les machines à sous représentent plus de 80 % des bénéfices des casinos canadiens, mais sont aussi responsables d’environ 80 % des cas d’addiction aux jeux.

Adeptes des machines à sous en ligne ? Découvrez aussi les origines de vos jeux favoris ici :